Vous êtes à la page : EXPOSITIONS > 2020 - Océanités
2020 - Océanités Dominique Rousseau

"Océanités" -
Chapelle des Ursulines - Du 24 Octobre 2020 au 16 Janvier 2021 - Papiers de Dominique Rousseau et Manuscrits de Kenneth White - Lannion
 
Océanités … Mot inhabituel. Comme ces « attracteurs étranges » que l’on trouve en physique. Concentrant des énergies. Ouvrant un espace inédit. Le pluriel indiquant une multiplicité de phénomènes. Le terme de base, « océanité », porteur d’une abstraction.
Ici, sur la côte armoricaine, l’océan est omniprésent. « L’Atlantique ronge nos côtes », dit Victor Hugo dans Les Travailleurs de la mer, ce qui donne une géographie marine magniifiquement visible. Mais il y a aussi les profondeurs pélagiques, qui recèlent encore beaucoup de secrets.
Les profondeurs, les intensités, et les expansions de l’esprit aussi.
Il y a une quinzaine d’années, j’ai reçu la visite, dans ma « maison des marées », d’un « travailleur en art », ancien architecte, pas encore l’artiste reconnu et attitré qu’il est devenu, qui, ayant lu mes livres, y compris certains textes sur l’art, voulait me montrer ce qu’il appelait ses « papiers », pour savoir ce que j’en pensais. Non seulement j’en pensais le plus grand bien, mais, plus précisément, j’y lisais un sens du mouvement de la matière et des lignes du monde. En un mot, Rousseau était en plein dans ce que j’appelais, depuis quelques années, la géopoétique.
Sur le champ, nous avons conçu un projet : une collaboration de longue haleine entre poète et artiste. Comme dans l’art ancien sino-japonais. Avec toute une série de ce que l’on appelle dans le métier des « placards » (grands papiers), et une collection de « livres d’artistes ». Le livre d’artiste existe en Occident, en tant que genre, depuis la fin du 19e siècle (la France, avec Braque et d’autres, y a joué un grand rôle), mais pas toujours avec la densité et l’intensité qui conviennent. Il ne s’agit pas d’une simple juxtaposition écriture et art visuel. Il faut qu’il y ait une résonance réciproque, sensation et sens, créant une musique universelle. Si je viens de donner une référence orientale, je ne peux m’empêcher de penser aussi à ces livres illuminés, tel le Livre de Kells, composés dans les îles de l’Ouest autour du 6e siècle, à un tournant de la culture.
Nous sommes peut-être, potentiellement, au-delà de tout ce qui n’est que civilisation déboussolée et culture de consommation, à un tel tournant aujourd'hui.
Dans un premier temps, il s’agit d’essayer de voir grand. C’est le but de cette exposition.
Kenneth White